Nous suivre :
newsletter

En 1 clic

Glissez pour défiler

Préserver mon eau

L’eau sur notre territoire est une richesse que l’Agglomération et ses partenaires cherchent à préserver. Appelée “or bleue”, cette ressource vitale pour l’homme fait l’objet d’une attention particulière. Avec des reliefs d’amplitude modérée et des cours d’eau à faibles débits, le territoire est densément peuplé et fortement marqué par un passé et une activité industrielle et agricole denses.

Les eaux souterraines présentent un enjeu important dans le bassin, tant pour l’alimentation en eau potable que pour le fonctionnement hydrographique du bassin.
Dans ce cadre, l’Agglomération mène des actions de prévention afin d’enrayer les pollutions dues à l’activité humaine. Avec l’agence de l’eau Artois Picardie et Noréade, elle s’est inscrite dans une vaste opération de reconquête de la qualité de l’eau (ORQUE).

L’ORQUE NORD-AVESNOIS

Cette reconquête de la qualité de l’eau a débuté en 2011. Elle répond tout d’abord à une exigence européenne et surtout à une volonté forte du territoire de préserver ses ressources en eau pour aujourd’hui et pour les générations futures. Pour mener à bien ce projet, l’Agglo profite de l’expertise de l’Agence de l’Eau Artois Picardie et de Noréade qui agissent en tant que partenaires techniques et financiers.

L’Aire d’Alimentation de Captages (AAC) 

Une AAC désigne la zone en surface sur laquelle l’eau qui s’infiltre ou ruisselle alimente le captage. Cette zone est délimitée dans le but principal de lutter contre les pollutions diffuses risquant d’impacter la qualité de l’eau prélevée par le captage.

Des actions pour lutter contre la pollution diffuse

L’Agglo a établi sur 2013-2014 un état des lieux du territoire (le diagnostic territorial multi pressions) afin de travailler sur la qualité générale des nappes et cours d’eau, ainsi que sur l’identification des sources de pollution auprès de l’ensemble des secteurs d’activité. Un travail concerté avec les différents acteurs a permis d’élaborer un plan d’actions transmis et suivi par le Préfet, pour contrôler, diminuer et éliminer ces différentes sources de pollution identifiées. Le DTMP a également servi à défini les zones de vulnérabilité de la nappe, c’est-à-dire les zones de transferts préférentiels des pollutions vers la nappe.

Les secteurs d’activités concernés par les actions :

  • L’assainissement
  • L’agriculture
  • Les activités industrielles et artisanales
  • L’utilisation des produits phytosanitaires non agricole
  • Les milieux naturels